Ça faisait longtemps que je ne vous avais pas proposé d’interview, et pourtant, ce n’est pas le nombre de prétendants ayant accepté qui manque, mais juste le temps!

Pourquoi interviewer Anthony Degrange?

Pour preuve du manque réel de temps pour faire tout ce que j’aimerais bien faire, c’est que l’interview d’Anthony Degrange que je vous propose aujourd’hui a été réalisée depuis déjà 5 jours.

De plus, une fois n’est pas coutume, je ne vous livrerai pas de transcription détaillée ici, toujours par manque de temps!

Alors je vais me contenter de vous livrer un bref résumé de ce que nous nous sommes dit et pour ceux qui auront le courage de visionner et/ou d’écouter notre échange, vous remarquerez que nous avons réussi à faire bien moins d’une heure et surtout, j’ai réussi à me contenir et à ne pas monopoliser la parole.

Pour être honnête, ça ne fait pas très longtemps que nous nous connaissons avec Anthony et je dirais que cette interview a été justement l’occasion de réellement faire connaissance.

Il semble être demandeur étant donné le nombre d’interviews auxquelles il s’est prêté ces derniers temps et pour ma part, je suis toujours intéressé par le point de vue concernant le référencement de ceux dont c’est le métier à part entière.

De plus, Anthony semble assez ouvert et il n’hésite pas à partager, alors pourquoi ne pas le mettre en avant?

Interview vidéo d’Anthony Degrange

Je ne vais pas vous ennuyer plus longtemps avec le pourquoi du comment de cette interview, et je vous propose même de la visionner tout de suite.

Pour ceux qui préfèrent visionner directement sur YouTube, ça se passe ici 😉

Rapide résumé de l’interview d’Anthony

Nous apprenons donc qu’Anthony, qui est encore tout jeune (26 ou 27 ans) a une formation littéraire et qu’il est arrivé dans le référencement un peu par hasard.

Pas de formation SEO

C’est lors d’un stage en entreprise pour du rédactionnel qu’il s’est frotté pour la première fois au référencement et comme ça lui a plu, il a décidé de creuser et d’en faire son métier.

Pour voire toutes les facettes du métiers, il n’a pas hésité à faire plusieurs agences, 4 en trois ans si j’ai bien retenu.

Il vient juste de terminer sa mission chez son dernier employeur pour s’envoler prochainement au Canada où il va bourlinguer pendant un an.

Parallèlement à cela, il va monter son auto-entreprise … dans le référencement pour arrondir les fins de mois et surtout ne pas perdre la main en matière de SEO, tout évoluant très rapidement dans ce secteur d’activité.

C’est d’ailleurs pour cela qu’il s’est décidé à créer son propre blog sur le sujet en cours d’année.

D’ailleurs en parlant de référencement, Anthony préfère privilégier la publication on site plutôt qu’off site, même s’il est important de se faire connaître sur d’autres supports, et je le rejoins d’ailleurs sur cette analyse.

Là où je suis moins d’accord avec lui, c’est sur sa définition du webmaster et lorsqu’il intègre toute la dimension marketing au référencement.

Si vous me lisez régulièrement, vous connaissez mon point de vue et pour celui d’Anthony … visionnez la vidéo 😉

Tout le monde peut devenir référenceur

D’après Anthony, tout le monde peut devenir référenceur, ce n’est pas sorcier.

Si techniquement, le référencement peut être abordé par le plus grand nombre, je reste personnellement persuadé qu’il est tout de même affaire de spécialiste.

J’irai même plus loin: c’est peut-être justement parce que n’importe qui s’est lancé dans le référencement qu’il y a aujourd’hui autant de pénalités Google.

Est-ce qu'un basset hond serait référencé en tant que tel via sa photo sans des balises spécifiques?

Mais, je pense que c’est une histoire d’interprétation (entre Anthony et moi).

C’est pareil concernant les réseaux sociaux, et d’ailleurs chers lecteurs, permettez-moi de vous poser une question: doit-on tout essayer en matière de réseaux sociaux, en sachant qu’il s’en crée régulièrement de nouveaux?

Le référencement par les images?

Outre les recommandations d’Anthony concernant le responsive design et le fait qu’il ne crois pas vraiment au bien fondé SEO du HTTPS, il est persuadé que le référencement par les images a un avenir.

Selon lui, les moteurs de recherche seront tôt ou tard capables de déchiffrer les images.

Alors autant, je suis d’accord avec lui si vous prenez la peine d’aider les moteurs de recherche en prenant la peine de bien remplir les différentes balises présentes sur les images, autant je ne vois pas bien comment ils arriveraient à déchiffrer une image sans intervention de l’homme par le biais de balises.

Conclusion

En faisant plus connaissance avec Monsieur Anthony Degrange, j’ai découvert de nouveaux points de vue, quelque peu différents des miens sur certains points, mais néanmoins pas inintéressants.

Je pense qu’au final, de part sa formation d’origine, Anthony a une vision très littéraire du référencement.

Qu’en penses-tu Anthony?

Et vous, mes chers lecteurs, quelles sont les questions que vous aimeriez poser à mon invité?

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, vous pouvez m’en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée. Je vous en remercie par avance.