On voit régulièrement fleurir des listes de plugins à installer sur son WordPress, toutes plus discutables les unes que les autres, mais on voit rarement des listes d’extensions à ne surtout pas installer ou laisser installées, alors je m’y colle aujourd’hui.

Sommaire :

  1. Rappels de base sur l’incidence des plugins sur la vitesse de chargement de votre WordPress et sa sécurité
  2. Les extensions qui ne servent qu’à importer une application tierce dans l’admin de votre WP
  3. Les extensions parfaitement inutiles, car n’apportant aucune réelle valeur ajoutée
  4. Les extension peu efficaces et qui encombrent inutilement votre base de données
  5. Les extensions dont on peut se passer, mais tout de même utiles aux néophytes
  6. Les extensions qui ne servent que momentanément
  7. Principaux conseils à suivre avant d’installer un plugin sur son WordPress

Rappels de base sur l’incidence des plugins sur la vitesse de chargement de votre WordPress et sa sécurité

Chaque plugin supplémentaire que vous installez sur votre WordPress vient l’alourdir et donc faire baisser la vitesse de chargement de ses pages.

Il est vrai que certains d’entre eux n’ont pratiquement aucune incidence sur la vitesse de chargement des pages, mais dans la plupart des cas, ce n’est pas anodin, alors autant prendre tout de suite la bonne habitude de n’installer que les extensions dont vous avez réellement besoin.

De la même façon, plus vous installez d’extensions sur votre WordPress, plus vous multipliez les risques de faille de sécurité et plus vous serez amenés à faire des mises à jour, alors autant se limiter pour limiter les risques et les actions de maintenance.

Maintenant que je vous ai fait un rappel sur l’incidence des plugins sur la vitesse de chargement de votre WordPress et sa sécurité, nous allons voir ensemble comme limiter le nombre d’extensions installées sur son site et surtout lesquelles il ne faut pas installer ou conserver.

Les extensions qui ne servent qu’à importer une application tierce dans l’admin de votre WP

Par extensions qui ne servent qu’à importer une application tierce dans l’admin de votre WP, j’entends les plugins comme ceux de statistiques Google Analytics alors que vous avez les mêmes statistiques directement dans votre compte Google Analytics ou Canva Design Button qui ne vous apportera rien de plus que d’utiliser l’application CANVA directement en ligne (ça sera même plus bridé et restrictif, voir cet article).

Il existe de nombreuses extensions de ce type et franchement, si elles ne vous apportent pas un réel plus par rapport à l’utilisation de l’application en ligne, préférez utiliser cette dernière, vous verrez qu’à la longue ça sera tout bénéfice.

D’ailleurs je vais même vous donner un exemple concret: il existe des extensions comme Imagify qui peuvent être très utiles, surtout lorsqu’on a déjà publié de nombreuses images et qu’on veut les optimiser, mais une fois que cette optimisation de masse a été faite, mieux vaut la supprimer et prendre la bonne habitude de passer par l’application en ligne.

En effet, garder cette extension sur votre WordPress vous fera prendre de mauvaises habitudes, et je sais de quoi je parle puisque je l’ai installée ici-même à sa sortie et même sur quelques autres de mes sites et depuis, j’ai la fâcheuse tendance de ne pas retailler ni recadrer mes images avant de les enregistrer dans mon WP.

Or si vous étudiez de près les résultat d’outils d’analyse de vitesse de chargement de vos pages, vous verrez que bien souvent ils vous suggèrent d’optimiser la taille de vos images, histoire de gagner quelques précieux ko.

Avouons (vous avez vu, je me mets dans le sac) que ce n’est vraiment rien de faire l’effort de se connecter à son compte Imagify après avoir bien pris la peine de retailler et recadrer ses images, surtout si on doit traiter plusieurs images et surtout, les éventuelles quelques secondes perdues seront vite rattrapées par toutes les futures mises à jour du plugin que vous n’aurez plus à faire 😉

Les extensions parfaitement inutiles, car n’apportant aucune réelle valeur ajoutée

Je vais faire vite ici, car inutile de perdre du temps!

Par pitié, évitez d’installer ou de conserver des extensions parfaitement inutiles comme par exemple Hello Dolly dont personne à ce jour n’a su me dire à quoi elle pouvait bien servir.

Il existe plein de plugins de ce genre qui sont plus des effets de mode qu’autre chose, mais qui ne vous apporteront absolument rien de positif, alors fuyez-les!

Les extension peu efficaces et qui encombrent inutilement votre base de données

Ensuite, il y a des extensions dont l’objectif est fort louable, mais dont l’efficacité est plus qu’aléatoire et qui plus est viennent littéralement encombrer vos bases de données avec des éléments qu’il vaudrait mieux ne jamais y enregistrer.

Je pense notamment à Akismet, le plugin anti-spam installé par défaut mais qui a la fâcheuse habitude de laisser passer de nombreux spams et de considérer comme spammeurs vos lecteurs et/ou clients, puis qui encombre votre BDD en y enregistrant tous ces soit-disant spams.

Si vous n’utilisez pas la partie blog de votre WordPress ou que vous ne comptez pas accepter les commentaires, il vous suffit de ne pas autoriser ces derniers, ni les notifications par rétrolien et alors vous n’aurez besoin d’aucune extension antispam.

Et si malgré tout vous aviez besoin d’un bon antispam, penchez-vous plutôt sur No Spam NX, WP Spamshield ou mieux encore, All In One Security si vous voulez en profiter pour sécuriser votre WordPress.

Les extensions dont on peut se passer, mais tout de même utiles aux néophytes

Ici, je vais vous parler de plugins dont l’objectif final est de s’en passer une fois qu’on devient webmaster aguerri, mais qui peuvent être très utiles lorsqu’on est néophyte, car ils nous facilitent bien la vie.

Une fois de plus, je vais ici vous donner deux exemples concrets et je vais commencer par l’extension WP Optimize sur laquelle je nuancerai ma position.

Si vous ne connaissez pas encore WP Optimize, sachez que c’est un plugin qui va vous permettre de nettoyer, optimiser et éventuellement réparer votre base de données.

Je sais que beaucoup ne le font pas, mais si vous ne nettoyez pas et que vous n’optimisez pas votre base de données régulièrement, mais que vous publiez régulièrement ou que vous avez de nombreuses révisions d’articles, il est fort probable qu’à un moment donné cela crée des bogues.

Donc, si vous ne souhaitez pas optimiser, nettoyer et/ou réparer votre base de données en passant directement par phpMyAdmin, ce qui est l’idéal puisque cela vous économise un plugin, faites-le en installant WP Optimize (sauf si vous avez WP Rocket qui remplit depuis peu les même fonctions).

Mais si passer par phpMyAdmin ne vous fait pas peur, ne vous gênez pas, mais profitez-en pour faire une sauvegarde préalable de votre base de données, on ne sait jamais.

Je vous ai dit plus haut que je nuancerai mon avis sur WP Optimize, car il offre une fonctionnalité d’automatisation de la fonction et si vous vous servez de cette fonction, alors j’estime que cela vaut le coup de conserver l’extension sur son WordPress, surtout si vous avez tendance à oublier de faire ce nettoyage et cette optimisation de manière régulière.

Dans le même état d’esprit, il y a les extension de sauvegarde de base de données: si votre hébergeur vous propose une application automatisant les sauvegardes, vous pouvez vous passer de ce type d’extension, mais veillez toutefois à faire régulièrement des copies de ces sauvegardes ailleurs que chez votre hébergeur.

Sachez également que vous pouvez très bien faire des sauvegardes manuelles de vos bases de données via phpMyAdmin (voir ce tutoriel vidéo), mais cela vous contraint à vous connecter régulièrement à phpMyAdmin et surtout, il ne faut pas oublier de le faire assez régulièrement.

J’en ai quelques uns comme cela que je finis par supprimer au fur et à mesure que j’engrange de l’expérience et de l’assurance, alors pensez à faire de même.

Les extensions qui ne servent que momentanément

Il existe aussi un certain nombre d’extensions qui peuvent être très utiles, mais qui n’ont pas vocation à être conservée sur votre WordPress, alors autant les supprimer une fois que vous n’en avez plus besoin.

Pour vous donner un exemple concret, j’installe et j’utilise assez souvent l’extension so-css de SiteOrigin pour personnaliser les sites que je crée, mais une fois que vous avez fini de modifier votre CSS, il n’est plus vraiment utile de conserver cette extension, alors autant la supprimer, on ne sait jamais.

Attention tout de même à tout d’abord prendre la peine de créer un thème enfant, si ce n’est pas déjà fait, et à enregistrer les modifications faites avec so-css dans le fichier style.css dudit thème enfant, sinon vous perdrez vos personnalisations 😉

Autre exemple concret, les plugins de traduction de thèmes et d’extensions WordPress: une fois que vous avez tout traduit, autant exporter vos fichiers langue et les enregistrer dans le bon dossier via FTP (voir ce tutoriel).

Pratiquez ainsi avec toutes vos extensions qui ne vous servent que momentanément.

Principaux conseils à suivre avant d’installer un plugin sur son WordPress

Voici quelques précieux conseils qui vous aideront à faire les bons choix et surtout qui vous aideront à préserver les performances et la sécurité de votre WordPress:

  1. N’installez que des extensions qui vous seront réellement utiles et laissez de côté tout ce qui n’est que fioriture
  2. Demandez-vous s’il n’est pas possible de faire autrement (modification du fichier CSS ou functions.php après avoir pris le soin de créer un thème enfant, application tierce sans passer par votre WP, …etc…)
  3. Évitez autant que possible d’installer des extensions gratuites non répertoriées sur wordpress.org
  4. Évitez autant que possible d’installer des extensions qui ne sont plus mises à jour depuis de très nombreux mois et/ou qui n’ont pas été testées avec votre version de WP, même si elles sont toujours répertoriées sur wordpress.org
  5. Pesez toujours le pour et le contre avant d’installer ou de conserver un plugin
  6. Supprimez les extensions dont vous ne vous servez plus, ne vous contentez pas de seulement les désactiver, car même inactives elles vous obligeront à faire les mises à jour et surtout elles continueront à vous faire courir les risques de faille de sécurité
  7. Faites des sauvegardes régulières de votre base de données et des fichiers de votre site sur votre disque, une clé USB ou tout autre support autre que votre hébergement web, cela vous facilitera grandement la vie en cas de crash ou de piratage de votre site et/ou de son hébergement
  8. Faites régulièrement les mises à jour, car bon nombre d’entre elles servent à corriger des bogues ou des failles de sécurité

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, vous pouvez m’en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée. Je vous en remercie par avance.